Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Récit d'une vie, de ma vie.

Talons aiguilles

15 Août 2015, 00:46am

Publié par Charlie

Aujourd'hui je vais un peu vous parler d'une autre de mes rencontres sur AdopteUnMec . Cet homme m'a envoyé un « charme » sur le site. J'ai regardé son profil pour voir comment il était. Sa photo était en noir un blanc, il était français, il avait des cheveux lisse et d'une petite longueur (10 cm) qui semblait tout simplement pas coiffée, limite un peu gras. Je voyais son monosourcil sur la photo. On a commencé a discuté, il avait un pseudonyme singulier donc je ne peux pas vous le dire ici sinon vous le retrouveriez sur le site. Je lui ai demander pourquoi il ne s'épilait pas le sourcil , au moins au milieu. C'était la première chose qui m'inquiétait le concernant. HA ! Et j'ai oublié de préciser une info capitale : Dans sa description, il disait sans détour qu'il était sur le site pour se trouver des sexfriends, plans cul, relation charnelle, jeu de rôle... tout ce que vous voulez. Bref c'était quand même dit avec des jolies mots. Je ne sais pas pourquoi mais je trouvais ça beaucoup plus rassurant qu'il dise la vérité tout de suite plutôt que de me faire croire qu'il cherche l'amour comme beaucoup d'autre mec sur le site. J'avais déjà eu trop de menteur qui m'ont blessés, alors pour une fois quelqu'un qui est sincère... j'ai donc beaucoup discuté avec lui. Il avait 38 ans, je lui en donnait 30 pas plus. Il avait un style intello, qui se coiffe pas.

Il m'a donné RDV chez lui. Je lui ai dis « Nan mais pourquoi chez toi , viens au moins me chercher au métro ! » . Et sa raison était simplement que c'était plus excitant que je sonne chez lui.

Ça fait assez longtemps, j'étais en 1ère S, j'avais 15 ans, je ne me souviens plus du coup si il est venu me chercher où si il m'a indiquer le chemin par téléphone jusqu'à sa porte.

En tout cas j'y suis allée, j'ai tapé le code à l'interphone. Je pense que j'y suis donc allée toute seule.

Je ne connaissais même pas son prénom. J'avais juste son numéro de portable et sa photo.

Je n'avais pas vraiment peur de le voir, contrairement à la première fois où je suis allée chez Raham., je ne me suis pas imaginée de piège cette fois-ci. L'immeuble à l'intérieur me faisait penser à des films filmés à Paris. Bon d'un côté on était à Paris. Je parle de cet aspect vieillot de la cage d'escalier. Un petit ascenseur en cage au milieu des escaliers en colimaçon. Il habitait au 2ème étage. Par téléphone il savait déjà que j'étais là comme je lui parlais pour savoir le code de la porte d'en bas. Sa porte sur la gauche était donc entrouverte.

En écrivant je ressens une sortes de tension, le petit stress quand on va découvrir l'appartement et la personne.

J'ai toqué, il m'a ouvert grand la porte et je suis rentrée, il m'a fait la bise. Il me vouvoyait tout le temps. Je n'avais pas l'habitude qu'on me vouvoie comme je n'avais que 15 ans.

Il m'a invité à traversé le couloir afin de rejoindre le petit salon. Il y avait un canapé contre un mur, en face il y avait la fenêtre qui laissait passer la lumière du jour , une table avec un bol rempli de fruits secs, ainsi que des cendriers remplis de mégots.

Il n'allumait jamais les lumières ou presque, il laissait la fenêtre éclairer l'appartement. Je me suis assise sur l'une des deux chaises devant la table. J'ai posé mon sac à main et ma veste sur le canapé.

Il m'a parlé un peu , pour me demander si ça allait bien, comment était le trajet...etc

Avec ses grosses lunettes , on ne voyait pas son monosourcil. Il était caché. Ça le rendait un peu plus beau. Il mesurait environs 1m79 je pense à vu d'oeil. Il était plutôt mince.

Il était prof d'informatique. Dans la vie il ne voulait pas se marier, il aimait bien juste voir des femmes la journée , ce mode de vie lui allait.

J'étais assise toute droite sur ma chaise. Je mangeais les fruits secs de manière compulsive, j'adore manger. Il m'a servi à boire de l'eau. Il y avait jamais beaucoup de choses à manger chez lui, souvent des fruits secs, du gâteau au chocolat et quelquefois un soda.

Il me parlait , et en même temps il a posé sa main sur ma cuisse. J'étais toute crispée. Je me sentais un peu bloquée ou gênée. Il faisait des va-et-viens doucement avec sa main en caressant ma cuisse. Je ne me souviens plus du tout comment j'étais habillée ce jour là. Je lui ai dit que je stressais un peu, il me disait « Détendez vous... ». Moi des fois je le tutoyais, et des fois je le vouvoyait. Je ne savais pas trop.

Ensuite il m'a prit la main, il m'a fait me lever de cette chaise à laquelle je m'accrochais. Il m'a emmené par la main jusqu'à l'entrée de sa chambre. Il y avait un énorme ordinateur, des étagères pleines de livres dans tout l'appartement, un lit 2 place avec une couverture rouge , un rideau rouge qui faisait un effet de lumière chaleureux et une grande armoire qui touchait presque le plafond, un miroir derrière la porte ou dessus, je n'arrive plus à me souvenir de son emplacement exact.

On était toujours sur le pas de la porte de sa chambre, il commençait à me toucher en bas. Puis il a baissé mon pantalon comme si c'était naturel. J'étais debout, il m'a léché , et doigté fort. C'était bon, j'aimais bien, je commençais un peu à me décrisper. Ensuite il m'a prise sur le lit.

Je peux pas vous raconter plus de détails car ça fait longtemps, je me souviens de plusieurs souvenirs détaillés , mais je ne saurais pas dire quel jours c'était.

Il m'a demandé ma pointure un jour par message, il était à Zara. Quel surprise la fois suivante, il m'a demandé de mettre des talons aiguilles qu'il avait acheté. Il était fou de talons, et de jupes. Ainsi que de déguisements.

On s'est vu une dizaine de fois je ne sais pas exactement , j'allais chez lui jusqu'à sa porte. Il me prenait principalement sur le lit et le bureau. Un jour j'ai même été debout sur le bureau, ça me faisait bizarre d'être aussi grande, et j'avais peur de tomber avec les talons aiguilles. Il pouvait me lécher debout comme ça.

J'aimais bien quand il me prenait sur le miroir de la porte, je pouvais voir mes propres expressions de visage en même temps. Il me disait de m'embrasser moi même dans le miroir. Je l'ai fais et j'avoue que c'était plutôt pas mal, c'est comme si j'embrassais une autre fille en même temps que de me faire prendre. Je lui ai quand même demandé après si il avait lavé le miroir.

Il me demandait de porter les talons à chaque fois que je venais. Des fois j'en avais un peu marre, c'est pas très pratique les talons, même pendant l'acte c'est pas confortable.

Un jour il a sortis un carton qui était caché au dessus de son armoire. Il y avait pleins de jouet dedans, des menottes, des chaines, et des déguisements. Il m'a sorti un déguisement d'écolière tout neuf , et une paire de menottes-chaînes. L'idée me plaisait bien. Il m'a attaché les deux bras à un truc en hauteur, j'étais donc les bras levée vers le ciel, un peu suspendue, avec ma petite jupe écossaire et une chemise blanche. Avec les talons aiguilles biensûr.

J'étais sa soumise. Mais à la fois je savais qu'il était pas méchant en vrai et que c'était important pour lui de me faire plaisir + ou autant qu'à lui.

Il m'a lécher ma kitty en écartant ma culotte en dentelle rose claire. Il m'a doigté un peu en même temps. Ensuite il s'est levé, s'est mis derrière moi. J'étais dos à lui, je ne le voyais plus. Il m'a pénétré comme ça d'un coup, il me prenait dans cette position debout...

J'ai l'impression que mon récit se transforme en livre érotique-porno , c'est pas la but à la base mais bon je me laisse aller dans mon écriture.

Au bout d'un moment quand je venais chez lui, je ramenais toujours mes devoirs de maths. Il était très fort en maths, et il arrivait bien à m'expliquer. Du coup il m'aidait beaucoup , 2h de cours particulier où il m'expliquait les maths.

Juste avant les contrôles j'essayais d'aller le voir pour qu'il m'explique et que je comprenne tout.

Mais j'arrivais pas à voir la vérité en face : Si il m'aidait en maths , c'était parce que juste après on couchait ensemble.

D'un côté ça semble un échange presque équitable.

Un jour je voulais venir le voir juste avant un contrôle, mais je lui ai précisé que ce jour là j'avais pas envie de coucher. Il m'a donc rejeté. Je continuais de lui demander des explications par sms. Mais en gros il m'a fait comprendre indirectement par sms qu'il était ravi de faire des maths avec moi , mais pas sans rien ensuite quoi. Même si je devais le savoir tout au fond de moi , sur le coup j'étais super blessé qu'il me rejette comme ça, qu'il voulait pas m'aider à faire mes maths sans rien en échange. Je me rappelle même avoir pleurée dans ma chambre parce que j'étais vexée ou blessée.

C'est comme ça que j'ai appris dans ma tête à 15 ans , qu'on avait rien gratuitement.

Je ne croyais même plus en l'amitié ou les aides entre les gens. Tout le monde fait les choses par intérêt. Même moi. Je reste avec des gens parce que je supporte pas d'être seule. Je suis trop triste quand je suis seule (sauf quand je fais du shopping c'est plus pratique d'être seule ça va plus vite.).

Du coup je me suis convaincue que pour avoir de la compagnie, il fallait donner quelque chose en échange. Bien naïvement je pouvais penser que ma personnalité et ma présence suffirai, mais bon ça ne fonctionnait pas.

J'ai ensuite supprimé le numéro de ce mec, et depuis je ne lui ai pas parler. Malgré tout je ne lui en veux pas, il a toujours été sincère, il n'a pas tenté de m'arnaquer ou quoi, c'était clair sur son profil du site adopteunmec. C'est juste moi qui m'attachait facilement au gens, j'avais besoin de présence et d'affection, et de pouvoir parler avec quelqu'un de tout.

Je tiens à ajouter au cas où , si de jeunes ados lisent mon articles, que j'ai eu beaucoup de chance qu'il ne me soit rien arrivé de mal, faîtes attention : ne suivez pas mon exemple. Vous pourriez vous faire kidnapper et torturer, ça n'arrive pas que dans les films.

Charlie

Commenter cet article